ZOER

UN TEMPS SUSPENDU

acrylic on concrete / acrylique sur béton

Rabat, Marocco / Maroc

Like many young boys around the world, Zoer grew up flipping through car magazines, soaking up all the shapes and colors, as well as the general aesthetics of automotive industry. But unlike others, this left a massive impact on his creative output. Zoer's recent artwork has been strongly influenced by that same imagery, which became the pillar for the rich and extraordinary creations and compositions.

 

Zoer (who, along with Velvet, participated in Juxtapoz x Superflat in Vancouver) recently participated in the Jidar festival in Rabat, Morocco, where he painted this large multi-story mural titled "Un temps suspendu" (A suspended time). As the title suggests, the image is created around the idea of frozen time, which was then depicted through a surreal image created of stacked old cars that could be seen driving through the streets of Rabat. Based on a sketch he created using toys and cutouts from old car magazines (seen in the gallery above), Zoer painted the entire piece with acrylics, without using spray cans.

Text by Sasha Bogojev for Juxtapoz 

Comme beaucoup de jeunes garçons du monde entier, Zoer a grandi en retournant les pages des magazines automobiles, s'imprégnant des artistes et des couleurs autant que de l'esthétique général de l'industrie automobile. Mais contrairement aux autres, cet univers a considérablement impacté sa créativité. Dans ses travaux les plus récents, Zoer a été fortement influencé par l'imagerie de ces revues qui sont devenues le pilier de ses créations et compositions riches et extraordinaires.

Zoer (qui fit partie de l'exposition Juxtapoz x Superflat avec Velvet à Vancouver) a récemment été invité à Rabat au Marox dans le cadre du Jidar festival, où il a peint cette grande fresque aux interprétations multiples "Un temps suspendu". Comme le suggère le titre, l'oeuvre est créé autour de l'idée du temps figé, qui est représenté au travers de cette image surréelle faite de vieilles voitures empilées, inspirées de celles que l'on croise dans les rues de Rabat. S'appuyant sur un croquis qu'il a créé s'inspirant de jouets et de découpages de vieux magazines de voitures, Zoer a peint l'intégralité de la pièce avec de l'acrylique, sans utiliser de bombe aérosol.

Texte de Sasha Bogojev pour Juxtapoz