ELECTROLYTES

acrylic on stainless steel / acrylique sur aluminium, 2018

Leiria, Portugal

Electrolytes is about time and transformation. In the left part of the wall, the gold light, inspiring by the light of the area, describes the metal shape and the volume of those destroyed cars in detail. The combinaison of colors in layers or in fast brushworks give to the subject an iconic aspect. The right side depicts this billboards made of successive layers of advertisings disappearing over time and could be considered as a realistic abstraction. Both sides are linked in their meaning, the faith in the beauty of an altered object is in tension with the deconstruction of its promotions. 

 

Zoer had depicted number disappearing with the car movement to talk about time and its recording. The object, the car, was transformed by Zoer to create a confusion between every structural elements by painting this BMW in black. The numbers are describing a timeline, movement by movement the numbers become letters and at the end, only empty spaces remains. It's a pictural way to give tangible form to the time. The link between two conceptions of painting is also behind this idea. The real car with its time line links the abstraction to the figuration.

Text by kl

L'oeuvre Electrolytes parle de temps et de transformation. Dans la partie gauche de la composition, une lumière dorée, inspirée par la lumière de la ville, décrit les formes métalliques et le volume de voitures en état d'abandon. L'utilisation d'une palette douce qui associe couches successives et touches rapides confère au sujet un caractère d'icône. La partie droite quant à elle représente des affiches lacérées par le temps et est conçue par Zoer comme une abstraction réaliste. Les deux parties apparemment opposées dans leur construction sont unies par leur sens : la beauté des objets altérés rentre en tension avec la déconstruction de sa propre promotion. 

Zoer est également intervenu sur une BMW. Il a représenté des numéros disparaissant avec les mouvement de la voiture comme pour enregistrer le temps. L'automobile a été intégralement peinte en noir pour créer une confusion entre les éléments structurels de cet objet. Les chiffres représentés comme sur une horloge numérique, se transforment mouvement par mouvement en lettres et à la fin seul des espaces vides apparaissent. C'est la traduction picturale de la forme tangible au temps.

La BMW crée aussi un lien entre les deux parties de la composition, un objet réel marqué par le temps connecte l'abstraction à la figuration. 



Texte par kl